• 25) On dirait du Daft Punk... de Bad Star

    .. Pete, tu vas pas me dire que tu es à la base de tout ça.. Chacun a eu sa vie Pete, et elle correspond à ce qu’elle doit être, c’est tout, le destin ne triche pas… Qu’est-ce qui t’as pris mon vieux .. Pete Blue tira une chaise. Je n’y suis pour rien.. en un certain sens je viens de me faire baiser.. comme toi, on est deux et j’y comprend rien, au moins là-dessus on est à égalité, et il va falloir qu’ils s’expliquent, on va les obliger.. n’empêche.. déjà tu viens de sortir une grosse connerie.. et j’en suis désolé, parce que c’est pas l’état d’esprit dans lequel j’aurais voulu te parler.. même si c’est pas simple pour toi de l’croire.. et de quelle connerie tu parles.. fit Stagger qui cherchait son aplomb. Tu viens de prononcer un mot que tu connais pas.. destin.. il n’y que ceux qui en ont manqué qui peuvent en parler.. c’est comme de crever de faim ;. Avec le ventre plein.. tu ne sauras jamais le vrai goût de la nourriture.. c’est pareil pour la vie, et ce que tu appelles le destin.. t’as pas idée de ce que valent les nuits sans sommeil.. jamais tu ne ressentiras la brûlure du matin, tes yeux s’ouvrent et c’est que de l’amertume, voilà ce que tu respires, l’air empoisonné de l’amertume, puis tous les jours ne se ressemblent pas, certains font même illusion, seulement chaque fois tu retombes sur terre parce que t’écoutes la radio ou t’allumes la télé.. et sur quoi tu tombes.. sur tes vieux potes vernis comme pas deux.. plein aux as.. ceux-là y ont jamais été jetés par des producteurs de merde .. on leur a pas tiré dans le dos quand ils avaient même pas vingt ans, et ils ont pas eu besoin de se lever à six heures du mat pour sortir les poubelles comme n’importe quel gardien d’immeuble, ou pour vendre des salades au marché.. tu sais que même s’il fait moins dix dehors il faut se lever et y aller.. Jack Stagger émet un tel soupir que le vieux Pete s’interrompt. Arrête tes conneries .. tu vas me faire pleurer.. tu sais très bien comment c’est arrivé, je t’ai tendu la main pourtant.. c’était à toi de comprendre, et de la saisir.. au lieu de ça tu t’es entêté.. Pete Blue ne trouva qu’à remuer la tête. Au fond de lui son monde est sans consistance. Eh Fred.. tu peux venir par ici .. Justin le hèle depuis l’entrée du couloir. Fred quitte le coin d’où il observait en silence toute la scène. Le conciliabule avec Justin dure quelques longues minutes que mettent à profit les deux vieux Rollingstars. Quand il revient vers eux Pete et Jack semblent revigorés. Comme si cette vieille histoire les avait remis sur pieds et endurcis. Alors voilà Jack.. il y en a qui s’inquiètent pour ton sort, y va bien falloir que tu les rassures.. d’abord ton fils, le pédé, celui qui dessine des fringues de théâtre.. ça t’amuse.. lâcha Stagger. Non, pas vraiment.. répondit Fred. On dirait bien pourtant.. Bon, on va pas épiloguer.. voilà ce qui en est.. il va te rappeler pour savoir s’il peut débarquer avant la fin de la semaine, tu lui manque, oh, le pau’chou.. et l’autre ; et bien c’est Bob Dylan, en personne ;. Lui aussi il va passer dans le coin ; et pas plus tard que mercredi .. tu devines que si jamais il vient sonner à ta porte, on serait tous honorés de le recevoir.. mais ça risque d’être un peu délicat.. tu comprends n’est-ce pas ?.. Le chanteur se prit la tête entre les mains. Non, je vais rien faire.. vous devez me dire une bonne fois pour toute ce que vous cherchez les gars.. sinon, je bouge plus.. et d’abord pourquoi vous m’avez ramené ici.. je veux tout savoir.. sinon je bouge pas.. Fred ricana et se mit à tourner en rond autour du fauteuil de cuir bleu. La nuit diffusait ses ondes intemporelles au travers des baies vitrées. Alors primo, si on est ici chez toi, en voilà une idée intéressante.. parce que tout simplement c’est le meilleur endroit pour se planquer et être peinards.. fallait déjà y penser qu’en dis-tu ,.. partout ailleurs on se dirait que t’as des problèmes, on s’inquièterait, ton jardinier, ton gardien, celui qui te sert de chauffeur et garde du corps.. comment tu l’appelles déjà.. Tom.. alors que cette histoire de fille que tu tiens à garder anonyme durant quelques jours c’est parfaitement crédible, astucieux mon ami, hein ?.. Fred observa Stagger dans la pénombre. Ce dernier hochait la tête, soufflait et se mordait les lèvres. Il devait aussi lutter contre les résidus de GHB qui rendaient son esprit lourd. Néanmoins il se montrait plus combatif avec l’arrivé de Pete. J’ai tout calculé .. Si on te cherche on saura où te trouver, et jusqu’à preuve du contraire, chacun est libre de s’enfermer chez lui si ça lui chante, .. parfaitement.. si ça lui chante il répéta.. c’est pas vrai Jack.. Fred éclata de rire et entonna une chanson. The train is comming.. i’m in the station.. with my love dead, in vaiiiinn.. fred releva la tête. Tu chantes juste mais t’as pas le feeling, on dirait du Daft Punk, et encore je suis gentil.. siffla Jack Stagger. Ooohh.. répliqua Fred. Exactement ce que je voulais entendre. J’adore ce groupe. Le Rollingstars se contenta de hausser les épaules. Ca m’intéresse pas, je sais toujours pas ce que vous voulez.. Bon.. reprit Fred. Revenons donc aux choses sérieuses. Comme nous sommes dans un grand film d’action.. et on tient les premiers rôles, tous.. y a pas de figurants ici, que de grands artistes.. Alors moi dans ma partie je me dois d’être au top.. j’ai pensé à tout, rien oublié.. même qu’on a pu te fourrer une puce anti-enlèvement sous la peau, j’y ai pensé qu’est-ce que tu crois, quand on a les moyens de payer tout est possible, une belle petite cochonnerie qui nous aurait mis droit dans le trou.. Stagger eut un léger tressaillement. Fred gloussa. Tu vois qu’on est loin d’être des imbéciles.. alors ici, dans ta magnifique maison, c’est l’endroit rêvé, y a pas plus naturel. ; et puis..qui imaginerait que Jack Stagger lui-même puisse être dans le coup de son propre enlèvement.. eh ben oui.. t’y es jusqu’à l’os.. dans cette belle opération publicitaire pour lancer la fille de ton vieux frère Pete… mais on y arrivera plus tard, chaque chose en son temps .. Ca suffit maintenant.. grogna Pete Blue… toutes ces histoires à la con me concernent en rien .. Janie.. mais où est-ce que t’es passé nom d’une merde.. Il s’écria. Fred en reste les bras écartés, comme pris dans la glace. Un silence malsain s’installe et chacun devine que seul Fred est en droit de le briser. Mon vieux Pete.. il fait en retrouvant la parole. L’affection particulière que j’éprouve pour ta fille.. ne te donne pas tous les droits ;. Et encore moins celui de me manquer de respect… Alors ça suffit.. il crie d’une voix d’acier. Le vieux blanchit. Mais tout s’arrêta parce que Fred avec un doigt sur les lèvres dégainait une nouvelle fois l’automatique. Personne ne bouge les gars, le premier qui déconne je l’allume.. Il fait sans préciser à qui est destiné le message. Puis reprenant aussitôt. Continuez comme si j’avais rien dit, vous occupez pas de moi.. Seulement ses ordres contradictoires ont pour effet de paralyser le groupe. Seul Big Salmon tente sur un ton caverneux de comprendre ce qui se passe. Fais ce que j’te dis.. j’ai pas le temps de t’expliquer… reçoit-il pour toute réponse puis Fred se glisse vers la cuisine. Bougez pas les mecs.. je ramène à boire.. Il s’exclame d'une voix forte sans perdre de vue la baie vitrée. Pete Blue reste collé au sol mais à peine Fred hors de la grande pièce Jack tente de se redresser. Où tu vas, toi.. grogne Big Salmon. Un large sourire aux lèvres alors qu’il s’installe aux côtés du chanteur. Tranquille mon ami, où tu veux aller comme ça, t’es pas bien avec nous… Il lui fait en le couvrant de ses cent kilos de muscles et graisses mélangées. Stagger soupire et s’enfonce dans le fauteuil à l’abri de la douce lumière. Le temps s’étire. Jusqu’à ce que des pas précipités amènent tout le monde à se retourner. Monsieur Jack.. monsieur Jack.. souffle une silhouette de un mètre quatre-vingts dix aux épaules carrées. L’homme vêtu d’un costume gris vient de franchir le pas du couloir et s’avance hésitant. Tom.. lâche Jack Stagger. T’avance pas Tom ;. Reste où t’es.. Je crois que vous avez des ennuis monsieur Stagger.. je devrais pas être ici.. pardonnez-moi, mais j’ai pas reconnu votre voix hier quand vous m’avez téléphoné.. et je viens de passer par le portillon du jardin.. bon.. dites-moi monsieur Stagger, sinon je m’en vais, rassurez-moi, je suis venu pour ça c’est tout.. L’homme dont ils n’apercevaient vraiment que la silhouette leva un bras par réflexe et chacun vit la forme d’un révolver dans sa main. Saloperie.. grogna Gallagher, manquait plus que ça.. qui se mêle de ce qui le regarde ce con.. dit lui Jack.. Il a raison ce jeune homme, lâche ton arme.. et tu bouges plus… La voix de Fred claquait dans l’ombre du couloir. Seulement le nouveau venu loin de se dégonfler entame un mouvement rapide. Un volte-face qu’il termine en faisant feu au jugé. Le bruit déchire l’air et fait trembler les vitres. La détonation est suivie d’une autre toute aussi vicieuse. Mais le second coup de feu ne provient pas de son arme. Cette détonation jaillit de l’obscurité où Fred se planque collé au mur. La balle cueille le chauffeur en plein front. Le secoue violemment comme un arc électrique puis son corps s’affaisse lentement, déjanté. Accompagné par une gamme complète de cris de toutes sortes. Les uns et les autres réagissant en fonction de leur nature ou rôle dans l'affaire. Faut toujours qu’il y ait des cons pour se mêler de ce qui les regarde pas.. putain de vie.. rugit Fred. Tandis qu’il s’avance l’automatique effleurant sa cuisse. Il a le visage fermé, une lueur s’en dégage. ..

     

    .


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :